Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!

N'était-ce en fait qu'un rêve? Une parenthèse magique et hors du temps dans un monde mystérieux et grandiose?

Je n'ai pas de mots pour décrire l'émerveillement béat que j'ai éprouvé en arpentant ces chemins creusés dans le roc, à 100 mètres sous terre. C'était tellement magnifique et irréel en même temps que j'ai peine à croire y avoir vraiment été! Heureusement que j'ai mes photos pour me prouver que oui, j'y ai effectivement été!

Des stalagmites remarquables, des lacs souterrains aux eaux translucides, des parois rocheuses parsemées de formes calcaires étranges et de reflets multicolores ou encore des concrétions millénaires... voilà ce que vous pouvez trouver en ce lieu exceptionnel dans lequel je vous emmène aujourd'hui...

Bienvenue au Gouffre de Padirac!!!

Arrivée au Gouffre de Padirac et vue plongeante dans son "cratère"...
Arrivée au Gouffre de Padirac et vue plongeante dans son "cratère"...
Arrivée au Gouffre de Padirac et vue plongeante dans son "cratère"...

Arrivée au Gouffre de Padirac et vue plongeante dans son "cratère"...

L'été dernier, Chéri et moi avons passé une semaine absolument merveilleuse dans le Périgord Noir pendant une partie de nos vacances. Beaucoup de gens que nous connaissons sont partis à l'étranger, et parfois même très loin, mais nous avons choisi de rester à l'intérieur des frontières et de découvrir cette région de France connue pour son foie gras, son magret de canard, ses noix, ses villages anciens et classés, mais aussi ses splendides paysages et ses magnifiques châteaux...

La France est la destination touristique la plus visitée au monde depuis de nombreuses années maintenant.

Cette année, notre beau pays a vu quasiment 90 millions de touristes étrangers venir découvrir notre si riche patrimoine culturel et naturel. Et j'avoue que oui, nous sommes devenus beaucoup plus chauvins dans le choix de nos vacances depuis quelques temps maintenant. L'an dernier, nous sommes partis passer une semaine dans le sud de la Corse. Cette année, donc, c'était le Périgord noir et pour l'année prochaine, on hésite encore entre la Bretagne, l'Alsace, le Pays Basque ou les gorges du Verdon...

Bref, cette semaine passée en Dordogne cette année était une véritable féérie du début à la fin: des spécialités savoureuses, des jardins absolument enchanteurs, des balades en bateau, des déambulations dans des villages anciens classés aux Plus Beaux Villages de France, des châteaux sortis tout droit de livres de contes... Mais la visite que j'ai le plus préféré ne s'est pas déroulée dans le Périgord: nous l'avons faite vers la fin de notre séjour et à cette occasion, nous sommes sortis du département de la Dordogne pour nous rendre dans le département voisin du Lot. Nous y avons visité le splendide village de Rocamadour et après ça, cap sur le Gouffre de Padirac et là, les amis, je peux dire que je me suis pris une sacrée claque tellement c'était grandiose et incroyable! 

Descente dans le "cratère" du gouffre de Padirac...
Descente dans le "cratère" du gouffre de Padirac...
Descente dans le "cratère" du gouffre de Padirac...
Descente dans le "cratère" du gouffre de Padirac...
Descente dans le "cratère" du gouffre de Padirac...

Descente dans le "cratère" du gouffre de Padirac...

Allez! Vous savez à quel point j'adore les vieilles légendes depuis le temps, donc je vais commencer avec celle entourant la formation du gouffre :

"Saint Martin cheminait sur sa mule, en quête d'âmes à sauver, sur le chemin allant d'Autoire à Montvalent. Soudain Satan apparait et lui propose une épreuve avec comme enjeu les âmes des damnés qu'il emporte en enfer. L'homme pieux accepte le défi, le Diable frappe donc le sol de son talon et un gouffre apparaît. L'idée, c'est que si le saint sur sa monture parvient à sauter au dessus du trou, il remporte les âmes mises en jeu. Du coup, la mule et son cavalier prennent de l'élan et franchissent l'obstacle d'un bond extraordinaire dont il subsiste toujours les marques laissées par les sabots dans le rocher. Le diable, furieux, retourne dans les entrailles de la terre par le trou béant qui devient dans l'imaginaire collectif une Porte des Enfers."

La Porte des Enfers... Il est vrai que ça fait bizarre lorsqu'on descend toutes ces marches et que, petit à petit, on se rapproche du fond de cette cavité (cf. photos ci-dessus)! La lumière décroît, on est entouré (encerclé?) par ces grandes parois rocheuses. C'est inquiétant et un peu oppressant... On se sent vaguement pris au piège... Clairement, on rentre dans un autre monde, un univers froid (il fait 13 degrés toute l'année dans le gouffre), minéral et tellement fascinant...

Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.
Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.

Au fond du "cratère" du gouffre de Padirac.

Mais ce puits d'entrée de 75 mètres de profondeur n'est que l'antichambre d'un monde souterrain que je vous propose de venir découvrir avec nous, let's go!

Nous quittons complètement la lumière du jour cette fois-ci, et nous descendons inexorablement toutes ces marches qui nous conduisent, on dirait, jusque dans les entrailles de la terre! Je suis littéralement sous le charme à la vue de ces galeries aux parois minérales recouvertes de formes arrondies sculptées par l'érosion. Enfin, nous arrivons en bas des marches et nous nous engageons sur un chemin creusé dans le roc d'environ 400-500 mètres qui nous conduit directement aux bateaux....

Car oui, les amis, il faut monter dans des embarcations pour naviguer sur la Rivière Plane, cette rivière de Padirac qui permet de circuler entre les différente salles, au sein des fissures verticales creusées au cours des deux derniers millions d’années... Il est strictement interdit de prendre des photos pendant cette petite traversée d'environ un demi kilomètre (vous n'imaginez pas ma frustration!!!), mais je vous ai mis en lien la photo officielle, prise pendant notre court périple au fil de l'eau... 

Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...
Descente dans les entrailles de la terre...

Descente dans les entrailles de la terre...

A la fin de notre traversée en bateau, nous arrivons sur le Lac de la Pluie... Remarquez l'énorme stalactite au fond de l'image, appelée la Grande Pendeloque! Incroyable! J'étais littéralement sans voix à cette étape de la visite! Et c'était sans compter ce qui nous attendait après! PS. Où suis-je sur la photo? Indice: j'adore le rose!

A la fin de notre traversée en bateau, nous arrivons sur le Lac de la Pluie... Remarquez l'énorme stalactite au fond de l'image, appelée la Grande Pendeloque! Incroyable! J'étais littéralement sans voix à cette étape de la visite! Et c'était sans compter ce qui nous attendait après! PS. Où suis-je sur la photo? Indice: j'adore le rose!

Une fois sortis de l'embarcation, nous suivons un chemin formant une boucle et qui revient donc aux bateaux. Ce parcours nous mène vers un autre lac, le Lac des Gours (à côté duquel je prends la pose sur une photo ci-dessous), puis la majestueuse Salle du Grand Dôme, véritable cathédrale minérale! Elle offre sans doute le point de vue le plus grandiose de toute cette incroyable visite. Son plafond culmine à 94 mètres. Cette immense salle, comme le reste des galeries, est le résultat d’une érosion très intense au cours des 2 derniers millions d’années. C’est l’une des plus grandes salles souterraines visitables en France, rien que ça!

Nous grimpons les nombreuses marches qui nous entraînent à différents niveaux de cette Salle... D'abord un lac (encore un!!!), le Lac Supérieur aux eaux turquoises et translucides, dominées par une étonnante stalagmite surnommée la Pile d'Assiettes...

Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!
Plongée dans les entrailles de la terre au Gouffre de Padirac!

Nous sommes remontés à la surface après 2h/2h30 de visite et le contraste avec l'extérieur, avec cette chaude et magnifique soirée d'été, m'a littéralement choquée tellement c'était saisissant! On passait d'un univers sombre, humide, frais, dans les entrailles de la terre; à un univers lumineux, ensoleillé, extrêmement chaud et sec (on était en pleine canicule estivale), dans une campagne verdoyante!

En conclusion, cette visite vaut largement le coup! Je recommande de la faire à 300%! Je crois que c'est l'une des visites les plus spectaculaires que j'ai faites dans ma vie et j'espère pouvoir la refaire un jour, dans quelques années! Si vous pouvez y aller hors saison, chers lecteurs, c'est beaucoup mieux car nous, nous y sommes allés fin juillet et c'était littéralement noir de monde! De plus, il faut souvent réserver plusieurs jours à l'avance sur leur site internet en haute saison tellement c'est pris d'assaut!

Je vais terminer ce post avec une citation d'Edouard-Alfred Martel, le découvreur et explorateur du Gouffre en 1889, et qui résume parfaitement ce que j'ai ressenti:

" Nul être humain ne nous a précédés dans ces profondeurs, nul ne sait où nous allons ni ce que nous voyons, rien d’aussi étrangement beau ne s’est jamais présenté à nos yeux, ensemble et spontanément, nous nous posons la même question réciproque :
Est-ce que nous ne rêvons pas ? ”

Goodbye Gouffre de Padirac, until next time!

Goodbye Gouffre de Padirac, until next time!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article