Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Pays Basque en 18 photos!

Une terre de traditions à la végétation si verte, si verte... Située dans ces magnifiques montagnes formant la chaîne des Pyrénées, elle recèle de nombreux trésors, aussi bien touristiques que culinaires... Une terre de contrastes, entre des villes côtières très branchées et touristiques, et un arrière-pays plus rustique et authentique parcouru de forêts et de sommets verdoyants.

Cette année, Chéri et moi avons posé nos valises dans le Pays Basque pendant quelques jours pour nos vacances d'été, et j'avoue que je n'ai pas été déçue. Je peux même dire que ça a été parmi les meilleures vacances de ma vie, avec le Périgord et l'Ecosse...

Nous sommes restés 9 jours pleins sur place (+ 2 jours pour l'aller et pour le retour, mais ça ne compte pas) et pour chacun des jours passés là-bas, je vais mettre deux photos accompagnées d'un commentaire pour ainsi pouvoir vous donner un aperçu de ce magnifique séjour que nous avons passé là-bas.

Alors, trêve de bavardages et partons à la découverte du Pays Basque!  

 

JOUR 1

Pour la matinée de notre premier jour dans le Pays Basque, une petite incursion en territoire espagnol était au programme avec la visite de la Collégiale Royale de Roncevaux. L'église de Santa Maria la Real y était juste splendide, l'une des plus belles (si ce n'est la plus belle) églises que nous avons vues pendant notre séjour! Sur la photo ci-dessus, je marche dans le cloître de cette majestueuse Collégiale perdue au coeur des montagnes pyrénéennes et placée sur le célèbre Chemin de Saint-Jacques de Compostelle......

Pour la matinée de notre premier jour dans le Pays Basque, une petite incursion en territoire espagnol était au programme avec la visite de la Collégiale Royale de Roncevaux. L'église de Santa Maria la Real y était juste splendide, l'une des plus belles (si ce n'est la plus belle) églises que nous avons vues pendant notre séjour! Sur la photo ci-dessus, je marche dans le cloître de cette majestueuse Collégiale perdue au coeur des montagnes pyrénéennes et placée sur le célèbre Chemin de Saint-Jacques de Compostelle......

L'après-midi de notre premier jour, nous avons fait un petit tour dans le splendide village de Saint-Jean-Pied-de-Port, d'ailleurs classé aux Plus Beaux Villages de France depuis 2016. Nous avions la chance, pendant notre séjour, de loger à Uhart-Cize, la commune limitrophe. Nous sommes donc allés à Saint-Jean-Pied-de-Port quasiment tous les jours à pied, surtout le soir pour s'y promener et/ou manger au restaurant des spécialités locales. Il se trouve que cette jolie cité médiévale est traversée par le fameux chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce qui fait qu'on y trouve, dans ses jolies ruelles, de nombreux gîtes d'hébergement pour les pélerins. Pélerins que l'on voyait en grand nombre, chargés de leurs volumineux sacs à dos sur lesquels étaient attachés les coquilles saint-Jacques, indiquant par ce signe qu'ils étaient en train d'effectuer le pélerinage. Je les regardais en éprouvant un mélange d'envie et d'admiration. Ce sont des personnes qui vivent quelque chose de spirituellement très fort, qu'elles soient croyantes ou non. Et je pense que ces milliers de pélerins imprègnent les murs et les ruelles du village d'émotions très puissantes et positives. Comme me le faisait d'ailleurs remarquer Chéri lors d'une de nos promenades du soir, il y a une ambiance particulière, une sorte d'énergie qui se dégage de cet endroit...

L'après-midi de notre premier jour, nous avons fait un petit tour dans le splendide village de Saint-Jean-Pied-de-Port, d'ailleurs classé aux Plus Beaux Villages de France depuis 2016. Nous avions la chance, pendant notre séjour, de loger à Uhart-Cize, la commune limitrophe. Nous sommes donc allés à Saint-Jean-Pied-de-Port quasiment tous les jours à pied, surtout le soir pour s'y promener et/ou manger au restaurant des spécialités locales. Il se trouve que cette jolie cité médiévale est traversée par le fameux chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce qui fait qu'on y trouve, dans ses jolies ruelles, de nombreux gîtes d'hébergement pour les pélerins. Pélerins que l'on voyait en grand nombre, chargés de leurs volumineux sacs à dos sur lesquels étaient attachés les coquilles saint-Jacques, indiquant par ce signe qu'ils étaient en train d'effectuer le pélerinage. Je les regardais en éprouvant un mélange d'envie et d'admiration. Ce sont des personnes qui vivent quelque chose de spirituellement très fort, qu'elles soient croyantes ou non. Et je pense que ces milliers de pélerins imprègnent les murs et les ruelles du village d'émotions très puissantes et positives. Comme me le faisait d'ailleurs remarquer Chéri lors d'une de nos promenades du soir, il y a une ambiance particulière, une sorte d'énergie qui se dégage de cet endroit...

JOUR 2

Notre deuxième jour, nous l'avons passé sur la Rhune, la montagne absolument mythique du Pays Basque qui culmine à 905 mètres d'altitude. Pour y grimper, deux choix: monter à pied (ascension très difficile, surtout le dernier kilomètre avant de parvenir au sommet) ou en train, avec le célèbre Petit Train de la Rhune (en photo ci-dessus) qui existe depuis 1924 et qui relie le Col de Saint-Ignace (départ où se trouvent de nombreux parkings, boutiques de souvenirs, restaurants, etc...) au sommet. Nous avons choisi de monter avec le train et de redescendre la montagne à pied. La voie ferrée de la Rhune fait 4,2 kilomètres, que nous avons parcourus en environ 30 minutes (vitesse de 9 kilomètres heures).

Notre deuxième jour, nous l'avons passé sur la Rhune, la montagne absolument mythique du Pays Basque qui culmine à 905 mètres d'altitude. Pour y grimper, deux choix: monter à pied (ascension très difficile, surtout le dernier kilomètre avant de parvenir au sommet) ou en train, avec le célèbre Petit Train de la Rhune (en photo ci-dessus) qui existe depuis 1924 et qui relie le Col de Saint-Ignace (départ où se trouvent de nombreux parkings, boutiques de souvenirs, restaurants, etc...) au sommet. Nous avons choisi de monter avec le train et de redescendre la montagne à pied. La voie ferrée de la Rhune fait 4,2 kilomètres, que nous avons parcourus en environ 30 minutes (vitesse de 9 kilomètres heures).

Depuis le sommet de la Rhune, le panorama est à couper le souffle! On peut voir toute la côte Basque d'un côté (photo ci-dessus), depuis San Sebastian jusqu'aux Landes, avec l'Océan Atlantique en toile de fond. Et de l'autre côté du massif, on a une vue époustouflante sur les montagnes pyrénéennes des provinces basques espagnoles de Navarre et du Guipuscoa... En fait, la frontière franco-espagnole traverse le massif de la Rhune, donc lorsqu'on regarde d'un côté, on voit la France et de l'autre côté, on contemple l'Espagne...

Depuis le sommet de la Rhune, le panorama est à couper le souffle! On peut voir toute la côte Basque d'un côté (photo ci-dessus), depuis San Sebastian jusqu'aux Landes, avec l'Océan Atlantique en toile de fond. Et de l'autre côté du massif, on a une vue époustouflante sur les montagnes pyrénéennes des provinces basques espagnoles de Navarre et du Guipuscoa... En fait, la frontière franco-espagnole traverse le massif de la Rhune, donc lorsqu'on regarde d'un côté, on voit la France et de l'autre côté, on contemple l'Espagne...

JOUR 3

Une partie de la matinée de notre troisième jour, nous l'avons passée au Musée du Gâteau Basque dans le beau village de Sare. Cette pâtisserie est une véritable institution dans le Pays Basque et j'avoue qu'on en a pas mal mangé, avec Chéri, pendant notre séjour, hi hi! Ah, gourmands que nous sommes! Pendant une heure, nous avons donc assisté à un cours de cuisine donné par un chef-pâtissier (un pur Basque, bien sûr, qui nous racontait ses péripéties fortement arrosées lors des Fêtes de Bayonne qui avaient eu lieu quelques jours auparavant, il nous a bien fait rire!) et qui nous a montré toutes les étapes de l'élaboration du fameux gâteau, tout cela dans une authentique ferme du pays (appelée "etxe" en Basque), avec vieilles pierres et poutres en bois apparentes, c'était si pittoresque! Avec, à la clé, de nombreuses dégustations, miam!

Une partie de la matinée de notre troisième jour, nous l'avons passée au Musée du Gâteau Basque dans le beau village de Sare. Cette pâtisserie est une véritable institution dans le Pays Basque et j'avoue qu'on en a pas mal mangé, avec Chéri, pendant notre séjour, hi hi! Ah, gourmands que nous sommes! Pendant une heure, nous avons donc assisté à un cours de cuisine donné par un chef-pâtissier (un pur Basque, bien sûr, qui nous racontait ses péripéties fortement arrosées lors des Fêtes de Bayonne qui avaient eu lieu quelques jours auparavant, il nous a bien fait rire!) et qui nous a montré toutes les étapes de l'élaboration du fameux gâteau, tout cela dans une authentique ferme du pays (appelée "etxe" en Basque), avec vieilles pierres et poutres en bois apparentes, c'était si pittoresque! Avec, à la clé, de nombreuses dégustations, miam!

L'après-midi de notre troisième jour, et après un bon petit pique-nique composé de sandwichs au jambon de Bayonne et au fromage de brebis ainsi que de petits gâteaux Basques achetés à la fin de notre visite au musée le matin, nous avons visité trois jolis petits villages aux alentours: Sare (puisque nous étions déjà sur place), Espelette (où est produit le fameux piment) et Ainhoa, où j'ai pris la photo ci-dessus, avec ces si jolies maisons Basques à murs blanchis par la chaux et à colombages rouges (ou verts, mais c'est plus rare: c'est le rouge qui est prédominant dans la région)...

L'après-midi de notre troisième jour, et après un bon petit pique-nique composé de sandwichs au jambon de Bayonne et au fromage de brebis ainsi que de petits gâteaux Basques achetés à la fin de notre visite au musée le matin, nous avons visité trois jolis petits villages aux alentours: Sare (puisque nous étions déjà sur place), Espelette (où est produit le fameux piment) et Ainhoa, où j'ai pris la photo ci-dessus, avec ces si jolies maisons Basques à murs blanchis par la chaux et à colombages rouges (ou verts, mais c'est plus rare: c'est le rouge qui est prédominant dans la région)...

JOUR 4

Nous avons entièrement passé notre quatrième jour à Saint-Jean-de-Luz! Je suis littéralement tombée sous le charme de cette ravissante station balnéaire d'environ 15000 habitants, nichée sous l'ombre protectrice de la Rhune. Nous avons pu nous émerveiller devant le splendide retable baroque de l'église Saint-Jean-Baptiste (une merveille!), nous promener dans la très animée rue Gambetta, acheter des macarons basques à la pâtisserie Adam (fondée en 1660, rien que ça!), nous promener sur le sentier littoral, etc... Mais nous avons consacré notre matinée à faire un tour en bateau dans la baie de Saint-Jean-de-Luz (photo ci-dessus, avec la Rhune en arrière-plan, derrière la tête de Chéri!)

Nous avons entièrement passé notre quatrième jour à Saint-Jean-de-Luz! Je suis littéralement tombée sous le charme de cette ravissante station balnéaire d'environ 15000 habitants, nichée sous l'ombre protectrice de la Rhune. Nous avons pu nous émerveiller devant le splendide retable baroque de l'église Saint-Jean-Baptiste (une merveille!), nous promener dans la très animée rue Gambetta, acheter des macarons basques à la pâtisserie Adam (fondée en 1660, rien que ça!), nous promener sur le sentier littoral, etc... Mais nous avons consacré notre matinée à faire un tour en bateau dans la baie de Saint-Jean-de-Luz (photo ci-dessus, avec la Rhune en arrière-plan, derrière la tête de Chéri!)

Promenade sur le sentier littoral de Saint-Jean-de-Luz...

Promenade sur le sentier littoral de Saint-Jean-de-Luz...

JOUR 5

 « C'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap ! Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! » Les littéraires avertis reconnaîtront un extrait de la fameuse "Tirade du nez", passage d'une des pièces de théâtre les plus populaires de la littérature française, j'ai nommé "Cyrano de Bergerac"! Et bien, saviez-vous qu'Edmond Rostand, l'auteur de cette célèbre pièce, avait élu domicile dans le Pays Basque?! A Cambo-les-Bains plus précisément, dans une magnifique maison de style néobasque appelée la"Villa Arnaga" qui a été bâtie entre 1903 et 1906. L'intérieur de la villa est un enchantement avec un mobilier ancien, des boiseries, de nombreux tableaux, etc... Et l'extérieur est doté d'un splendide jardin à la française avec parterres de fleurs multicolores, fontaines, etc... Cette visite a été l'une de mes préférées lors de notre séjour et je pense que j'écrirai un article spécialement consacré à ce domaine classé aux Monuments Historiques depuis 1995...

« C'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap ! Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! » Les littéraires avertis reconnaîtront un extrait de la fameuse "Tirade du nez", passage d'une des pièces de théâtre les plus populaires de la littérature française, j'ai nommé "Cyrano de Bergerac"! Et bien, saviez-vous qu'Edmond Rostand, l'auteur de cette célèbre pièce, avait élu domicile dans le Pays Basque?! A Cambo-les-Bains plus précisément, dans une magnifique maison de style néobasque appelée la"Villa Arnaga" qui a été bâtie entre 1903 et 1906. L'intérieur de la villa est un enchantement avec un mobilier ancien, des boiseries, de nombreux tableaux, etc... Et l'extérieur est doté d'un splendide jardin à la française avec parterres de fleurs multicolores, fontaines, etc... Cette visite a été l'une de mes préférées lors de notre séjour et je pense que j'écrirai un article spécialement consacré à ce domaine classé aux Monuments Historiques depuis 1995...

L'après-midi de notre cinquième jour, nous avons fait un petit saut à Saint-Etienne-de-Baïgorry, petit village pittoresque se situant à une dizaine de kilomètres d'Uhart-Cize, où nous logions pendant notre séjour. Ce village possède un joli pont ancien bâti en 1661. Celui-ci enjambe une rivière d'une trentaine de kilomètres appelée la Nive des Aldules et qui arrose la province basque de la Basse-Navarre. Ce village comporte également une jolie petite église classée aux Monuments Historiques depuis 2015 et bâtie au XIème siècle dans un style romano-bysantin...

L'après-midi de notre cinquième jour, nous avons fait un petit saut à Saint-Etienne-de-Baïgorry, petit village pittoresque se situant à une dizaine de kilomètres d'Uhart-Cize, où nous logions pendant notre séjour. Ce village possède un joli pont ancien bâti en 1661. Celui-ci enjambe une rivière d'une trentaine de kilomètres appelée la Nive des Aldules et qui arrose la province basque de la Basse-Navarre. Ce village comporte également une jolie petite église classée aux Monuments Historiques depuis 2015 et bâtie au XIème siècle dans un style romano-bysantin...

JOUR 6

Notre sixième jour, nous l'avons passé à Biarritz. Et bien, j'ai bien moins aimé Biarritz que Saint-Jean-de-Luz. En effet, "la reine des plages" (comme est surnommée cette station balnéaire d'environ 25000 habitants) est bien moins typique que la cité luzienne que nous avions visité quelques jours auparavant. Moins de maisons basques, des bâtiments plus modernes. Un centre-ville plutôt banal, avec des commerces que l'on retrouve partout. Non, à Biarritz, ce qui vaut le coup d'oeil, c'est le front de mer, avec ses célèbres plages (Port Vieux où nous avons d'ailleurs mangé le midi, plage de la Côte des Basque, la Grande Plage, etc...), ses rochers érodés par la houle , dont le célèbre Rocher de la Vierge en photo ci-dessus. Ce lieu est d'ailleurs l'emblème de la ville par excellence.

Notre sixième jour, nous l'avons passé à Biarritz. Et bien, j'ai bien moins aimé Biarritz que Saint-Jean-de-Luz. En effet, "la reine des plages" (comme est surnommée cette station balnéaire d'environ 25000 habitants) est bien moins typique que la cité luzienne que nous avions visité quelques jours auparavant. Moins de maisons basques, des bâtiments plus modernes. Un centre-ville plutôt banal, avec des commerces que l'on retrouve partout. Non, à Biarritz, ce qui vaut le coup d'oeil, c'est le front de mer, avec ses célèbres plages (Port Vieux où nous avons d'ailleurs mangé le midi, plage de la Côte des Basque, la Grande Plage, etc...), ses rochers érodés par la houle , dont le célèbre Rocher de la Vierge en photo ci-dessus. Ce lieu est d'ailleurs l'emblème de la ville par excellence.

Notre après-midi à Biarritz, nous l'avons passée à l'Aquarium, et encore une fois, je ne pouvais m'empêcher de le comparer au Nausicaa de Boulogne-sur-Mer qui est bien plus grand et spectaculaire... Néanmoins, il y avait certaines choses intéressantes à voir, comme ce bassin rempli de méduses... En conclusion, j'ai moins accroché avec Biarritz, mais cela ne reste qu'un avis personnel, bien sûr. Par exemple, Julien a adoré, lui. Donc, le plus important, c'est de se faire sa propre opinion...

Notre après-midi à Biarritz, nous l'avons passée à l'Aquarium, et encore une fois, je ne pouvais m'empêcher de le comparer au Nausicaa de Boulogne-sur-Mer qui est bien plus grand et spectaculaire... Néanmoins, il y avait certaines choses intéressantes à voir, comme ce bassin rempli de méduses... En conclusion, j'ai moins accroché avec Biarritz, mais cela ne reste qu'un avis personnel, bien sûr. Par exemple, Julien a adoré, lui. Donc, le plus important, c'est de se faire sa propre opinion...

JOUR 7

Pour l'un de nos derniers jours dans le Pays Basque, nous avons décidé d'en faire un peu moins et de nous reposer un peu plus. Donc, le matin, on a simplement fait une petite rando facile d'environ 5-6 kilomètres dans la campagne basque, aux alentours de notre résidence à Uhart-Cize (photo ci-dessus), puis nous avons passé le reste de la journée à nous dorer la pillule au bord de la piscine de la résidence (bah oui, c'est aussi ça, les vacances!)

Pour l'un de nos derniers jours dans le Pays Basque, nous avons décidé d'en faire un peu moins et de nous reposer un peu plus. Donc, le matin, on a simplement fait une petite rando facile d'environ 5-6 kilomètres dans la campagne basque, aux alentours de notre résidence à Uhart-Cize (photo ci-dessus), puis nous avons passé le reste de la journée à nous dorer la pillule au bord de la piscine de la résidence (bah oui, c'est aussi ça, les vacances!)

Le soir, nous avions réservé une table à l'incontournable Café Ttipia à Saint-Jean-Pied-de-Port, l'adresse qu'il ne faut pas louper quand on est dans le coin! Chéri et moi avons été placés sur la terrasse, au bord de la Nive (rivière qui traverse la cité médiévale) et nous avons commandé des axoas de veau. L'axoa (prononcer "achoa") est un plat typique (et rustique) du Pays Basque. Il s'agit tout simplement d'un émincé de veau relevé avec une sauce pimentée (au piment d'espelette, of course!), mais aussi avec des poivrons, des oignons, etc... J'ai dégusté ce plat délicieux avec un "Pako", un cidre basque avec de la crème de cassis...

Le soir, nous avions réservé une table à l'incontournable Café Ttipia à Saint-Jean-Pied-de-Port, l'adresse qu'il ne faut pas louper quand on est dans le coin! Chéri et moi avons été placés sur la terrasse, au bord de la Nive (rivière qui traverse la cité médiévale) et nous avons commandé des axoas de veau. L'axoa (prononcer "achoa") est un plat typique (et rustique) du Pays Basque. Il s'agit tout simplement d'un émincé de veau relevé avec une sauce pimentée (au piment d'espelette, of course!), mais aussi avec des poivrons, des oignons, etc... J'ai dégusté ce plat délicieux avec un "Pako", un cidre basque avec de la crème de cassis...

JOUR 8

Notre matinée du huitième jour, nous l'avons passée dans la forêt d'Iraty, dans les moyennes montagnes des Pyrénées. Nous y avons fait une petite randonnée d'environ 5-6 kilomètres en longeant le ruisseau Iraty, dans les bois, c'était juste magnifique!

Notre matinée du huitième jour, nous l'avons passée dans la forêt d'Iraty, dans les moyennes montagnes des Pyrénées. Nous y avons fait une petite randonnée d'environ 5-6 kilomètres en longeant le ruisseau Iraty, dans les bois, c'était juste magnifique!

L'après-midi, nous avons assisté à une partie de pelote basque au fronton de Saint-Jean-Pied-de-Port. Cette partie était en fait la demie-finale du Trophée Jean-Marie Mailharro et ils utilisaient un "grand chistera", qui est un long panier en osier fixé à la main du joueur par un gant en cuir. Je ne vais pas rentrer dans les détails des règles du jeu, mais en gros, il y a deux équipes de trois joueurs dont le but est de faire rebondir la balle (la pelote) contre le mur du fronton de façon à ce que l'équipe adverse perde la balle et, de ce fait, ne gagne pas de point. Ce jeu m'a vaguement fait penser au tennis, en fait. En tout cas, je n'avais jamais vu de partie de pelote basque de ma vie et j'avoue que c'était absolument spectaculaire, avec des balles renvoyées à toute vitesse (il y avait des pointes de 150-200 kilomètres/heure!) contre le mur. J'étais bluffée par tant de force et d'adresse! Et à la fin, j'ai même pu prendre une photo avec l'un des joueurs, Thibault Basque (il porte bien son nom!) qui est, semble-t-il, une des étoiles montantes de la pelote basque à grand chistera...

L'après-midi, nous avons assisté à une partie de pelote basque au fronton de Saint-Jean-Pied-de-Port. Cette partie était en fait la demie-finale du Trophée Jean-Marie Mailharro et ils utilisaient un "grand chistera", qui est un long panier en osier fixé à la main du joueur par un gant en cuir. Je ne vais pas rentrer dans les détails des règles du jeu, mais en gros, il y a deux équipes de trois joueurs dont le but est de faire rebondir la balle (la pelote) contre le mur du fronton de façon à ce que l'équipe adverse perde la balle et, de ce fait, ne gagne pas de point. Ce jeu m'a vaguement fait penser au tennis, en fait. En tout cas, je n'avais jamais vu de partie de pelote basque de ma vie et j'avoue que c'était absolument spectaculaire, avec des balles renvoyées à toute vitesse (il y avait des pointes de 150-200 kilomètres/heure!) contre le mur. J'étais bluffée par tant de force et d'adresse! Et à la fin, j'ai même pu prendre une photo avec l'un des joueurs, Thibault Basque (il porte bien son nom!) qui est, semble-t-il, une des étoiles montantes de la pelote basque à grand chistera...

JOUR 9

Dernier jour dans le Pays Basque! Avec un certain vague à l'âme, nous nous sommes rendus au petit marché couvert de Saint-Jean-Pied-de-Port, où producteurs locaux vendaient fromages Ossau-Iraty, vins locaux (Irouléguy ou Jurançon), foie-gras, pâtés, et j'en passe... Nous avons acheté un peu de fromage et du pâté au piment d'espelette...

Dernier jour dans le Pays Basque! Avec un certain vague à l'âme, nous nous sommes rendus au petit marché couvert de Saint-Jean-Pied-de-Port, où producteurs locaux vendaient fromages Ossau-Iraty, vins locaux (Irouléguy ou Jurançon), foie-gras, pâtés, et j'en passe... Nous avons acheté un peu de fromage et du pâté au piment d'espelette...

Après avoir été au marché, nous sommes allés visiter la Prison des Eveques à Saint-Jean-Pied-de-Port qui a servi de prison aux 18 et 19ème siècles et qui abrite aujourd'hui une exposition sur l'histoire du Pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle (avec panneaux explicatifs, mannequins arborant les habits des pélerins à l'époque du Moyen-Age)... L'édifice n'est pas très grand, on en fait vite le tour, mais c'est très intéressant quand même. Cette ancienne prison civile est inscrite aux Monuments Historiques depuis 1941.

Après avoir été au marché, nous sommes allés visiter la Prison des Eveques à Saint-Jean-Pied-de-Port qui a servi de prison aux 18 et 19ème siècles et qui abrite aujourd'hui une exposition sur l'histoire du Pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle (avec panneaux explicatifs, mannequins arborant les habits des pélerins à l'époque du Moyen-Age)... L'édifice n'est pas très grand, on en fait vite le tour, mais c'est très intéressant quand même. Cette ancienne prison civile est inscrite aux Monuments Historiques depuis 1941.

En conclusion, Chéri et moi avons adoré ce voyage au Pays Basque. Nous avons vu de très belles choses et surtout, qu'est-ce qu'on a bien mangé! Les Basques ne font pas les choses à moitié en terme de spécialités culinaires! Entre les macarons de Saint-Jean-de-Luz, les gâteaux basques, les axoas, le poulet basquaise, le véritable jambon de Bayonne, le délicieux fromage au lait de brebis, les produits à base de piment d'espelette (chocolat, saucisson, etc...), mais aussi les délicieux vins d'Irouléguy ou les Jurançons... J'avoue que nous avons goûté à tout ce qu'on a pu et nous n'avons jamais été déçus, hi hi! Je crois que je vais pouvoir faire un bon régime maintenant!

Je ne pense pas que nous allons y retourner de sitôt car pour y aller, nous avions tout de même 8 heures de route, ce qui n'est pas négligeable! Mais nous garderons un très bon souvenir de cette région à la météo si capricieuse et à la campagne si verdoyante...

A très bientôt!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article