Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une après-midi à Cambo-les-Bains dans le Pays Basque!

"C'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule !"

Si vous êtes des mordus de littérature française, chers lecteurs, vous aurez sans doute reconnu un extrait de la fameuse "Tirade du Nez", elle-même extraite du premier acte de la pièce de théâtre Cyrano de Bergerac. Qui ne connaît pas l'histoire d'amour contrariée entre Cyrano et sa belle cousine Roxane? 

Et bien, l'auteur de ce grand classique littéraire n'est autre qu'Edmond Rostand, et c'est sa splendide villa (classée aux Monuments Historiques depuis 1995), qu'il a faite construire dans le Pays Basque, que je vous emmène découvrir aujourd'hui. Let's go!

Edmond Rostand...

Edmond Rostand est un écrivain et dramaturge français né à Marseille le 1er avril 1868 et décédé à Paris le 2 décembre 1918. Il écrit des pièces, des poèmes, mais ce n'est véritablement qu'avec Cyrano de Bergerac, son oeuvre majeure jouée pour la première fois le 28 décembre 1897, qu'il connaît enfin le triomphe et la reconnaissance générale.

Ce qui est étonnant, c'est que Rostand lui-même a douté du succès de sa pièce jusqu'au dernier moment. En effet, il s'excusait encore auprès de l'acteur principal quelques heures seulement avant la toute première représentation. Il faut dire que la pièce cumulait de nombreuses caractéristiques apparemment rédhibitoires pour l'époque : héros inconnu, pièce en vers (alors que la prose est prépondérante), très longue (cinq actes, plutôt que les trois à la mode), profusion de figurants...

Mais c'est la consécration dès le début, et même bien après: la pièce est jouée 400 fois de décembre 1897 à mars 1899, et atteint la millième en 1913! Pour la seule année 1898, la pièce rapporte une recette de 2 286 000 francs, un chiffre d'affaires jamais atteint par un théâtre!

En conclusion, Edmond Rostand s'enrichit très rapidement grâce à l'argent que lui rapporte Cyrano de Bergerac. Et c'est précisément cela qui va lui permettre de se faire construire une maison somptueuse dans le Pays Basque, la Villa Arnaga, à Cambo-les-Bains... 

Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...
Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...
Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...
Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...
Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...
Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...

Arrivée à la Villa Arnaga et visite de la première salle, le Grand Hall. Réalisée sur le modèle anglais, cette large pièce majestueuse frappe par son aspect théatral. Cette salle est celle qui m'a le plus impressionnée, avec ses magnifiques fresques murales, ses lustres ou son magnifique piano qui a été offert à Rosemonde Gérard, l'épouse de Rostand, par le célèbre compositeur Jules Massenet. Les Rostand recevaient beaucoup de célébrités issues du monde la musique, donc, mais aussi des comédiens (comme Coquelin), des auteurs, des poètes, etc... Cela donnait lieu à des réceptions fastueuses et j'imagine très bien tout ce beau monde danser et chanter dans cette pièce magnifique. La grande Sarah Bernhardt y avait ses habitudes...

Edmond Rostand était venu une première fois à Cambo-les-Bains à l’automne 1900 pour soigner une grave maladie pulmonaire. Tombé sous le charme de ce coin de France, il y revient en janvier 1902 pour s’y établir définitivement. Le poète veut y construire la maison de ses rêves et parcourt la région à la recherche du terrain idéal.

Après des semaines de recherches, Rostand a enfin trouvé l’endroit parfait. Le futur domaine d’Arnaga se situe sur un éperon à la confluence de la Nive et d’un petit ruisseau. Dès mars 1903, les plans sont prêts et les entreprises choisies. Les travaux peuvent enfin commencer. Ils vont durer trois ans, jusqu'en 1906.

Dotée d'une belle façade à colombages rouges, la maison de l'auteur ressemble à une maison typique du Pays basque. Inspirée des fermes basques du Labourd, elle reprend les éléments du bâti traditionnel de la région qu’elle transforme pour former une riche demeure confortable et moderne pour l'époque. 

Je ne vais pas rentrer dans le détail de toutes les salles de cette grande maison de style néobasque, bien qu'il y aurait énormément à dire puisque chacune d'entre elles regorge de détails décoratifs ou d'objets valant largement la peine d'être mentionnés. On va tout de même retenir que cette villa a principalement deux niveaux. Le rez-de-chaussée s'organise autour du Grand Hall de réception (photos plus haut). A partir de cette pièce, on retrouve la bibliothèque (qui contenait plus de 15 000 volumes qui ont été vendus à la mort de Rostand, mais que le musée reconstitue progressivement depuis plusieurs années), une salle à manger de réception d'inspiration Louis XVI, un bureau de style Empire, un magnifique salon chinois, etc...

On trouve à l'étage des pièces plus privatives comme les chambres, les salles de bains, etc... Moins fastueuses que celles du bas, elles sont néanmoins également décorées avec goût et souci du détail. On y retrouve des fresques représentant des scènes d'histoires connues, comme la fuite de Cendrillon, dont j'ai pris une photo que j'ai mis plus bas... 

Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!
Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!

Différentes pièces de la Villa Arnaga, au rez-de-chaussée et au premier étage... Ci-dessus, une fresque évoquant la fuite de Cendrillon, échappant au Prince Charmant, juste magnifique!

Après avoir été émerveillés par l'intérieur de la Villa, nous avons été éblouis par la beauté des jardins du domaine. En effet, autour de sa vaste maison, Edmond Rostand crée un ensemble de jardins sur plus de 15 hectares. Coté Soleil levant, il implante un jardin "à la Française" doté de bassins, de miroirs d'eau et d'une pergola. Coté couchant, il conçoit un jardin "à l'Anglaise" alliant verdure et courbes minérales.

J'ai largement préféré le jardin "à la Française" que j'ai trouvé bien plus beau avec ses myriades de fleurs, ses parterres de verdure absolument impeccables, ses bassins d'eau reflétant la Villa, mais surtout la magnifique pergola au fond du jardin... 

Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...
Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...

Le magnifique jardin "à la Française" de la Villa Arnaga, classé aux Jardins Remarquables...

Après cette visite culturelle tellement enrichissante, nous sommes passés à la visite gourmande. En effet, nous nous sommes rendus à la la chocolaterie-musée PUYODEBAT. J'avoue que j'ai un peu traîné des pieds pour y aller puisque je voulais rentrer à notre résidence de Saint-Jean-Pied-de-Port pour pouvoir bronzer au bord de la piscine, tout en continuant ma lecture d'un bouquin de Houellebecq. Il faut dire que la météo est tellement changeante au Pays Basque que lorsqu'il y a un peu de soleil, on se précipite vite pour en profiter, avant l'averse suivante! Mais Chéri à lourdement insisté, prétextant qu'il y aurait sûrement des dégustations de chocolat à la clé, ce gourmand!

Au final, grand bien lui a pris puisque la visite était vraiment chouette! Et oui, nous avons pu déguster de délicieux chocolats, miam!

Le chocolat est un produit très travaillé et consommé au Pays Basque. Etrange, n'est-ce-pas, puisqu'il n'y a pas d'arbres à cacao poussant dans cette verdoyante région! Sinon, ça se saurait! Alors, comment se fait-il que cette gourmandise soit autant présente dans ce coin de France? Pour connaître la réponse, il faut remonter loin dans l'Histoire.

A l'origine, le cacao était cultivé en Amérique Latine par les peuples Mayas et Aztèques. On appelait alors la boisson au cacao: "la Boisson des Dieux". A leur arrivée sur ce continent encore inexploré, les conquistadors espagnols adoptèrent immédiatement cette boisson et la firent découvrir plus tard au roi d'Espagne qui en raffola aussitôt!

A l’époque, la contrebande était très courante au Pays Basque. Les juifs chassés d’Espagne et du Portugal par l’inquisition de la religion catholique furent alors guidés par les contrebandiers, à travers les montagnes pyrénéennes vers leur nouveau refuge : le Pays Basque nord, territoire du roi de France. A travers la frontière, les contrebandiers basques passèrent aussi des médecins juifs qui avaient dans leurs bagages des fèves de cacao. Rares et très précieuses, ils les utilisaient pour leurs vertus médicinales, pour redonner des forces aux patients.

C’est donc ainsi que les premières fèves de cacao rentrèrent en France, par les frontières du Pays basque intérieur, tout près d’Espelette! A partir de là, le cacao, et le chocolat par extension, est devenu un produit incontournable de la région! Voilà donc pourquoi il y a autant de chocolateries, et même de musées consacrés à cette gourmandise!

Bref, nous avons donc visité l'espace musée de cette chocolaterie, entièrement consacré à l'univers de cette sucrerie si prisée. Au programme: vieilles machines à broyer la fève de cacao, moules à chocolat, pierres à chocolat ... ou encore tasses à moustaches, tasses trembleuses ainsi que de nombreuses chocolatières...

La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!
La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!

La chocolaterie-musée PUYODEBAT à Cambo-les-Bains, où même les coussins à l'entrée de l'établissement ressemblent à des carreaux de chocolat et te donnent direct l'envie de croquer dedans, hi hi!

Les chocolatières étaient destinées à préparer et à servir le chocolat chaud et liquide, elles furent d'abord utilisées en Espagne. En forme de cône tronqué ou à panse arrondie, munie d'un bec verseur et d'une poignée, le récipient est fermé par un couvercle percé d'un trou pour le passage d'un moussoir (servant à faire mousser le chocolat au moment de le servir dans les tasses.

Quant aux "tasses moustache", elles servaient à consommer le chocolat chaud tout en évitant le dépôt de mousse sur la zone de la lèvre supérieure, sur le visage.

En conclusion, une visite assez rapide (le musée est assez petit) avec un guide très sympathique qui nous a fait faire une très bonne dégustation de différentes variétés de chocolat, selon leur origine géographique. Extrêmement instructif, au final. Franchement, j'ai beaucoup aimé et je recommande vivement la visite de cet endroit. Nous avons d'ailleurs fini en apothéose puisque nous nous sommes commandés une glace deux boules: une au chocolat et piment d'Espelette, et une autre au gâteau basque, parfait pour l'heure du goûter,miam!

La chocolaterie PUYODEBAT, c'est topissime!

Voilà donc pour cette merveilleuse après-midi passée à Cambo-les-Bains. J'ai énormément aimé les deux visites que nous y avons faites. Elle n'étaient pas si différentes, en fin de compte, puisque nous avons nourri notre esprit avec la première, et nous avons nourri notre estomac avec la seconde, hi hi! En tout cas, si vous passez dans le coin, n'hésitez-pas à vous arrêter à ces deux endroits, ça vaut le détour!

A très bientôt!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article